OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Retour de Biennale. Pour sa première participation, Anouchka a reçu un accueil aussi enthousiaste qu’enthousiasmant. A Courtrai,  « speciaal » résonne comme un compliment, les visiteurs qui se sont arrêtés sur le stand n’en ont pas été avares. Ces réactions ont toujours un effet apaisant, car nul ne participe à un salon professionnel sans une certaine appréhension. C’est un véritable défi et une redoutable prise de risque.

L’objectif – présenter un travail associant design et artisanat aux prescripteurs – est donc atteint. Les scénographes, notamment les professionnels du monde de la mode, ont été séduits par l’aspect résolument décoratif des créations, inspirés en particulier par les mini-cages, déclinaisons retail de la Cage. Les architectes ont aimé les panneaux très structurés des paravents et la touche sensible apportée par l’enveloppe de papier LeFoli, créé par Atelier Poulaillon. Le charme a également opéré autour de la famille Dsàt que le banc est venu agrandir.  Joli succès enfin pour les tables réalisées en hâte à l’aide de petites plaques de marbre récupérées dans le grenier de mamie : une excellente raison pour poursuivre ce travail à partir de pierres récupérées. La Biennale a ainsi idéalement rempli son rôle en déclenchant de nouvelles idées.

Après 6 mois de préparation et 10 jours de salon, beaucoup de fatigue. Mais une nouvelle étape excitante commence. Les contacts ont été nombreux, nous allons entretenir ces relations entamées à la Biennale, répondre aux demandes et prolonger l’aventure « Anouchka en Belgique ». Merci encore aux kiss kiss bankers pour leur soutien décisif, dank je !

 

 

Publicités