Dans le contexte de préparation d’un salon, les jours d’avant commencent… longtemps avant. Et à moins de 3 semaines du premier jour de la Biennale Interieur de Courtrai, le calendrier connait une irrésistible accélération, comme si les jours ne comptaient plus 24 heures. Prenons le temps de nous arrêter un peu et regardons ce qui se passe dans l’atelier.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Paravent

Depuis longtemps, Anouchka souhaitait travailler autour de cet objet si particulier. Ambivalent, le paravent dissimule autant qu’il suggère, il sépare autant qu’il relie, il s’adapte à l’espace et le module. Il est inspirant parce que multiple. A l’occasion de sa première participation à la Biennale Intérieur, Anouchka développe un paravent contemporain. Une géométrie particulière : des pans isométriques unis dans un mouvement complexe et équilibré.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Acte 2, Potdevin & Poulaillon

Le voici brut, mais nous le verrons habillé d’une peau de papier imprimée par Alexandre Poulaillon dans ses ateliers à Mulhouse. Vous l’avez compris, ce paravent sera l’Acte 2 de la pièce Potdevin-Poulaillon qui a commencé à se jouer en février dernier. Les pans, prenant l’ombre pour les uns et la lumière pour les autres, accueilleront des motifs imprimés en continu, jouant sur la perspective et produisant un effet visuel esthétique imprévu. Ils apporteront au stand et à l’installation la modernité attendue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plumes, plumetis et nuages

Autour de la Cage, Anouchka présentera trois variations poétiques. Des cages aux dimensions réduites proposées dans des déclinaisons de couleurs et habillées d’ornementations. Elles seront à usage de présentoir ou d’élément décoratif.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Artistes décorateurs

Ces variations ne sont pas sans rappeler la démarche des artistes décorateurs de la première moitié du XXe siècle. Ils étaient tout à la fois, designers, architectes, artisans, sans qu’aucune distinction ne vienne isoler telle discipline de l’autre. Ils concevaient, dessinaient et fabriquaient eux-mêmes ou faisaient fabriquer par des artisans avec lesquels ils collaboraient étroitement. Une filiation qu’Anouchka a toujours revendiqué.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Banc Dsàt

Une nouveauté Dsàt ! Sur le même principe que les autres « membres » de la famille, le banc Dsàt est conçu à partir d’une structure prélevée sur des chaises de cuisine. L’assise, reposant sur six pieds, est tapissée par Mickaël Laurent.
Les jours d’avant sont ainsi, bouillonnants. Il faut aussi caler un shooting, une visite à l’imprimerie, livrer ici et là les commandes en cours, ajuster la scénographie du stand, se faire quelques peurs. Participer à la Biennale Interieur est ressenti ici comme un privilège. Les grands noms à l’affiche sont impressionnants et intimidants. La barre est haute, voire impérieuse. Cette nouvelle étape dans le parcours d’Anouchka sera décisive. C’est ainsi que nous l’imaginons et c’est dans ce sens qu’à l’atelier, tous les projets sont orientés.

 cf.

 

Publicités