L’édition d’hiver du salon Maison & Objet commence vendredi. En prélude à l’exposition-vente « Cent Motifs » organisée par les Ateliers d’Art de France, Anouchka Potdevin et Alexandre Poulaillon présentent POTDEVIN & POULAILLON, Acte 1. Une installation surprenante, à la personnalité forte.

Suivre un fil sans s’égarer augmente les probabilités de croiser ceux qui suivent le même fil.  Ici, le fil est le motif. La rencontre : celle d’Anouchka avec le peintre en décor Alexandre Poulaillon. De manière impromptue, nous avions découvert l’existence de l’atelier Poulaillon en même temps que celui du métier de dominotier. Juste quelques mois avant que les Ateliers d’Art de France ne suggèrent une collaboration Potdevin/Poulaillon. Incroyable coïncidence, la proposition fut reçue ici comme un cadeau… Les relations étroites entre Anouchka et le motif sont depuis longtemps établies. Plus qu’une technique de réinterprétation de meubles chinés, c’est une manière de regarder autrement et une invitation à entrevoir autre chose.

atelierpoulaillon

Peintre en décor

Dans son atelier de Mulhouse, le travail d’Alexandre Poulaillon est entièrement centré sur le motif. De la miniature au grand format, il excelle dans la peinture en décor, maîtrisant des savoirs-faire artisanaux comme le pochoir ou la dominoterie. Ses papiers dominotés illustrent sa passion du motif. La technique était utilisée au XVIIè siècle pour habiller des livres, brochés ou reliés, puis dans la décoration d’objets. Il s’agit d’imprimer au moyen d’une planche de bois dans laquelle les motifs sont gravés en relief. A chaque couleur et à chaque partie du dessin correspond une planche. La superposition révèle le motif.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Café de la gare

L’esquisse du projet POTDEVIN & POULAILLON nait à l’occasion du salon Maison&Objet en septembre 2013. Les premiers mots de l’histoire s’écrivent au café de la gare. Le processus créatif se met instantanément en marche, facilité par la connivence des esprits et des approches. Le principe est simple : déclencher un mimétisme entre le volume et le plat, créer une illusion d’optique, se jouer du regard, l’interpeller, le perdre. Une fois le motif choisi – oriental (il orne le sol d’une mosquée), géométrique, noir et blanc – chacun l’applique sur son support de prédilection. Un meuble pour Anouchka, une toile pour Alexandre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERACamouflage

Le choix d’Anouchka se porte sur un meuble de coiffeuse, d’inspiration scandinave et années 50. Alexandre Poullaillon intervient au pochoir sur une toile de 3,70 m sur 1,60 m.  Une fois que le meuble aura revêtu sa tenue de camouflage, il sera posé devant la toile tendue dans laquelle il se fondra jusqu’à tromper l’oeil. Il sera alors difficile de distinguer l’un de l’autre. La mise en scène évoque les travaux des photographes-plasticiens Georges Rousse et Felice Varini, ou encore l’artiste Liu Bolin, qui dissertent sur le réel et l’illusion, le monde plat et le relief.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Histoire à suivre

Conçue pour l’exposition-vente « Cent Motifs », l’Acte 1 de la pièce POTDEVIN & POULAILLON se jouera en avant-première dans l’espace Craft du salon Maison & Objet, du 24 au 28 janvier 2014. Impatience dans les ateliers sur l’axe est-ouest, de Gaël à Mulhouse. Avec cette certitude pour Anouchka : la collaboration avec Alexandre Poulaillon témoigne de l »intérêt et de la force du projet commun. Il est démultiplicateur de créativité, de talent et de perspectives. Il donne des ailes… POTDEVIN & POULAILLON, histoire à suivre.

cf.

————————————————————————

POTDEVIN & POULAILLON, Acte 1 /

. 24-28 janvier 2014, Salon Maison&Objet, Paris – Espace Craft, Hall A

. 7 février-9 mars 2014, Cent Motifs, Paris – Boutique Talents Opéra

. www.atelier-poulaillon.fr

Publicités