En septembre 2012, la rencontre avec la décoratrice et scénographe Emilie Bonaventure s’est traduite par une invitation à décorer le restaurant Rose Bakery Culture à La Maison Rouge (Paris). Une décoration éphémère – car c’est le principe – qu’Anouchka a voulu simple et festive. Inauguration mercredi 19 juin.

Amateur d’art, ancien galeriste, esprit indépendant et aventurier, Antoine de Galbert crée  La Maison Rouge-Fondation Antoine de Galbert en 2004. Boulevard de la Bastille, la fondation occupe une ancienne usine construite autour d ‘un pavillon. Promotion de la création actuelle à travers des expositions temporaires, exploration de la diversité artistique contemporaine, La Maison Rouge est à Paris un lieu singulier, à distance des tendances et des « paillettes » , une volonté de son fondateur.

La Maison Rouge - Rose Bakery Culture

Rose Bakery Culture

Au cœur de l’espace « musée », le restaurant Rose Bakery Culture introduit un lien naturel entre l’art et les plaisirs du goût. Avec cette singularité : le décor du restaurant change trois fois par an. Le projet est porté par la décoratrice et scénographe Emilie Bonaventure, de l’agence be-attitude. Au hasard des allées du salon Maison&Objet, cette passionnée d’arts décoratifs qui se revendique « décoratrice-ensemblière » est séduite par le travail d’Anouchka. Nous échangeons de manière informelle. Rapidement, elle songe à inviter Anouchka à être la décoratrice de l’été 2013.

En décembre 2012, Emilie Bonaventure organise une rencontre à La Maison Rouge, dans un esprit collégial auquel elle est profondément attachée. Paula Aisenberg, directrice de La Maison Rouge, et Jean-Charles Carrarini, « monsieur » Rose Bakery, expriment leurs attentes, puis donnent leur feu vert. Les bases d’une intervention sont posées, elle coïncidera avec l’exposition My Joburg mettant à l’honneur la scène artistique de Johannesburg.

Dans le train du retour, fortement inspirée par le lieu et la discussion avec les « acteurs » de la Maison Rouge, Anouchka dessine les premiers contours du décor. Le projet est d’envergure, la capacité du restaurant compte 35 couverts. Chaque table, chaque chaise est à inventer. Un restaurant tout entier !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jour de fête

Une idée affleure spontanément. Plus exactement une atmosphère. Un soir d’été, sur une place de village, une fête s’improvise. Des tables sont dressées dans une riante précipitation, les voisins accourent, ils ont apporté leur chaise , les guirlandes s’allument, une douceur de vivre s’empare de l’endroit. Comme un jour de fête. Ce sera la « couleur » du projet.

Dans l’atelier, issues de la collection personnelle d’Anouchka et des caves de La Maison Rouge, les chaises de cuisine disparates sont dépouillées, démontées, déshabillées. Remontées, ré-habillées, réinventées avec le noir mat du métal comme trait d’union, en solo, en duo sous la forme de banquettes raffinées. On reconnaîtra la main du tapissier Mickaël Laurent.

Au hasard d’une déambulation chineuse, Anouchka croise un lot de chaises de collectivité en plastique marron. Ces chaises qui s’entassent dans les salles des fêtes et les salles de réunion sont méprisées, laissées pour compte. Pourtant, la filiation avec Eames est criante. Anouchka devine leur potentiel. Une ligne, un confort, une structure. Le passage par l’atelier est une révélation !

Pour les tables, ce sera une approche par le motif, noir sur bois clair. En décomposant des motifs de wax sud-africain, Anouchka retrouve un lien avec une géométrie années 50. En rapprochant les plateaux des différentes tables, les plateaux formeront une sorte de partition monochrome. Enfin, pas de fête sans fleurs : le rouge des dossiers formica épousera le blanc de la porcelaine, une pétulance estivale.

Assemblé, harmonisé, le décor formera une ensemble cohérent, poétique, joyeux. Chic et champêtre. A l’atelier, c’est donc dernière ligne droite. Les journées se rallongent, tout doit être prêt lundi prochain, jour 1 de l’installation à Paris. Le décor Jour de fête sera inauguré mercredi 19, à la veille de l’été et – heureuse coïncidence – à quelques semaines de la sortie de la version originale restaurée du film de Jacques Tati.

cf.

Quelques détails en avant-goût…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA
Publicités